JEAN-LUC CHALUMEAU POUR ARTS

Vaea vient de Tahiti. Mais est-il bien nécessaire de donner ce genre de précision qui, irrésistiblement, invite à comparer ses tableaux à ceux de l'Ermite d'Atuona ? Le parcours de Vaea ne s'est pas fait de Pont-Aven vers les îles chaudes, mais de ces dernières, où elle vit parce que cette ville demeure l'un des deux ou trois endroits du monde où tous les peintres, d'où qu'ils viennent, sont chez eux. Vaea est chez elle à Paris et plus encore dans la peinture dont elle connaît les ressources en technicienne douée. Son exposition prouve avec surabondance sa virtuosité dans le "rendu" d'une étoffe ou d'un visage, dans l'appréhension de la grande lumière solaire traversant des feuillages... Mais là n'est pas l'essentiel bien sûr. A travers ses thèmes emprunts de banalité, et malgré le charme qui arrête le visiteur pressé, Vaea fait tomber les masques et la facilité s'estompe. Le peintre pose un regard lucide sur un monde dur, un regard assez vaillant pour tout voir parce qu'il se sait sauvé par la joie de peindre.

Jean-Luc CHALUMEAU - Paris, 1982
ARTSMareva - Paris - 1981 - Huile sur toile - 81x65 cmOiseau-Vague - Tahiti - 1974 - Mélange - 44x58 cmToerau - Paris - 1980 - Huile sur toile - 116x89 cmJean Castel, Vaea