LES NOUVELLES DE TAHITI
LES NOUVELLES de TAHITI (12 juillet 1985)

Première page : Vaea Sylvain : la vie dans les plis
Vaea Sylvain, façons d'endormi, façons d'éveillé
Aujourd'hui à la Librairie Hachette, Vaea Sylvain dédicace l'ouvrage consacré à sa peinture.

Pourquoi emprunter le titre d'un ouvrage d'Henri Michaux pour rendre hommage au meilleur peintre vivant en Polynésie ? Ce n'est pas par pédantisme. Vaea, gracile sur le fil de la vie, jongle avec les façons d'endormi et les façons d'éveillé. Elle vit dans les plis de l'existence, ces câlins amers ou ces enthousiasmes fugaces qui tissent la toile de nos jours, ce misérable petit tas de secrets. Vaea a du génie. Elle s'en défend comme elle se défendrait d'obéir à un dogme, d'entrer dans le rang des normes, de céder au bovarysme des prétendus artistes actuels. Vaea solitaire. Vaea lumineuse. Vaea rieuse... Vaea, c'est l'humeur du jour révélé par un archange.
Elle sublime tout ce qu'elle approche.
Vaea prolonge les sortilèges de l'enfance. Elle s'abîme, comme William Blake, dans les prières insolentes dont elle seule connaît le rosaire. Ses maîtres sont les pâtres de l'aube, ces peintres qui savaient exalter le frémissement d'une épaule ou d'une hanche caressée par une lueur impudique. "Touchez le nerf", vaticinait le poète... Vaea dépeint toujours ce mouvement subtil de la peau sous la lumière, l'embarquement pour Cythère. Son pinceau trace des litotes : des tifaifai froissés, des mains s'abandonnant sous le voile, des regards absents comme s'ils appartenaient déjà à une vie antérieure. Combien de vies antérieures a-t-elle vécues ? A-t-elle servi de modèle pour Pierre Bonnard ? A-t-elle longé les abysses de Francis Bacon ?
Pétrie de la prose de Bachelard - la poétique du feu ! - des digressions de René Char - capitale de la douleur ! -, Vaea est un créateur authentique. Elle accorde une sorte de grâce pathétique, meurtrie, à toutes les formes d'expression qu'elle aborde. Vaea écrit aussi. Un jour peut-être nous confiera-t-elle ses manuscrits... Ce jour-là, beauté mon beau souci, nous aurons mieux compris ce que l'initiation veut dire.
Lucien MAILLARD
La lettre déchiréeCourbe 1Sortilège engourdiLe marché de Uturoa