LA DEPECHE DE TAHITI
LA DEPECHE DE TAHITI (17 août 1977)

Vaea, l'enfant prodigue prépare à Tahiti sa prochaine exposition à New-York.
L'enfant prodigue est de retour. Après deux années d'absence, la jolie Vaea SYLVAIN a retrouvé son fenua - ce pays de lumière qui est en elle et qui éclaire de toute sa beauté, chacune de ses toiles.
Depuis bientôt dix ans, Vaea vit à Paris. Son compagnon est le compositeur bien connu Olivier BLOCH-LAINE. Ensemble ils ont trouvé un style de vie stimulant et riche. Lui fait des disques au premier étage de leur grande maison. Elle, peint au rez-de-chaussée.
Pourtant, si chacun a son domaine, les chemins de la création se croisent parfois. Ainsi il n'est pas rare qu'Olivier compose sur un tableau de Vaea, ou que celle-ci mette en image une de ses musiques. Et comme tous deux sont " possédés " par le talent, les œuvres n'en sont que sublimées.
Peintre depuis cinq ans, Vaea SYLVAIN n'a cessé d'étonner par la haute qualité de ses toiles. La pureté y préside dans un jeu de couleurs remarquable. Tout est atmosphère et toujours animé d'une grande densité poétique.
Il y a quelque chose de très chaleureux aussi. De très humain. Même si les thèmes, relativement intimistes, prennent leur envol dans le fantastique voire le surréalisme. Car toujours Beauté et Vie se conjuguent en forme de symbole. Ou d'appel...
Ce réel talent, Vaea ne se l'explique pas, bien entendu. Et de fait, il ne supporte aucune introspection, il est là. Elle le porte en elle et le fait s'épanouir par un travail quotidien. La magie qui la pénètre s'occupe alors du reste.
Après le succès de sa dernière exposition, à Paris, à la Galerie " Art 3 ", au mois de janvier de cette année, Vaea SYLVAIN en prépare donc une autre. Elle se tiendra à New-York en avril 1978 et promet certainement de constituer un véritable événement dans le domaine de l'art sur le grand continent.
D'ici quelques jours Vaea va ainsi se mettre à sa palette. " J'ai déjà les doigts qui brûlent ", dit-elle avec le sourire de la passion. " Je vais trouver un coin de solitude. Cela m'est nécessaire. Ce sera sans doute à Huahine ". Et d'ajouter sur les mille projets qu'elle a dans la tête : " Je vais demander une prolongation à Dieu de 150 ans ! "
Michel ANGLADE
Les Enfants BlancsAutera'a