LA DEPECHE DE TAHITI page 1 LA DEPECHE DE TAHITI page 2
LA DÉPECHE DE TAHITI (16 FÉVRIER 1982)

Exposition Vaea Sylvain à Paris.
"UNE FILLE DES ILES DANS L'ILE-SAINT-LOUIS"
Annoncée et saluée par l'essentiel de la grande presse, de Libération à Playboy, en passant par Femmes d'Aujourd'hui, Vogue, Les Nouvelles Littéraires, Elle, Gunnar's, L'Œil etc., l'exposition de Vaea Sylvain constitue un événement de premier plan dans la rentrée artistique. Témoin son vernissage du 9 février dernier qui a réuni, quelques heures durant, une foule impressionnante d'amateurs et d'amis, parmi lesquels nombres de polynésiens et de personnalités. Il y avait ainsi les chanteurs Pierre Vassiliu et Georges Moustaki, les comédiens Danièle Evenou (compagne de Jacques Martin) et Philippe Nicaud, des responsables du domaine public tels que François Bloch-Lainé et Aymar Achille-Fould, ancien ministre des armées, le sénateur Daniel Millaud, Patrick Robson de l'O.D.T., Louis Doucet, chroniqueur d'art à Antenne 2, Marc Coulon, maître d'œuvre d'un important programme de promotion des DOM/TOM, le peintre Jean-Pierre Zing, le docteur Jonville, Hina et Maima Sylvain sœurs de Vaea, Patrick Pons de FR3 Tahiti, Eliane Golaz de la Délégation, Francine Goupil, Noni et Christian Gleizal, le Père O'Reilly, Yvon Ségalen, la famille Rota, Éliane de Gennes, Colette Adam, Marc Cassart, Jean Dominique et bien d'autres encore - l'animation musicale étant assurée avec brio par Jimmy et son groupe, désormais basé à Paris.

Et comme le sympathique Jean-Pierre Lavignes qui préside aux destinées d'une galerie (elle porte son nom) réputée pour ne présenter que les peintres les plus "moteurs" de la nouvelle génération avait bien fait les choses, l'équivalent d'une vraie petite cave a été vidée en un clin d'œil. Bref c'était la fête. Avec toutefois une pointe de tristesse pour Vaea à qui Jeannine et Sylvain, actuellement à Tahiti, ont beaucoup manqué. Mais s'ils étaient là par la pensée, ils ont aussi fait l'émouvante surprise de téléphoner au beau milieu du vernissage. Au point que Vaea n'a pu retenir ses larmes d'émotion. Emotion prolongée, peu après, par un autre coup de téléphone "polynésien". Celui de l'ami attentif et fidèle Gilles Arthur, conservateur du musée de Papeari qui avait, il est vrai, une autre bonne raison d'appeler... Un grand journal parisien n'avait-il pas annoncé dans ses colonnes, une semaine plus tôt : "Vaea, jeune peintre née à Tahiti, expose ses dernières œuvres du 9 au 27 février au Musée Gauguin, 15 rue Saint Louis en l'Isle, à Paris. " !!...
Néanmoins, on en conviendra cette belle coquille journalistique avait tout de même quelque chose de bien pensant !
Dominique CHARNAY