LA DEPECHE DE TAHITI
LA DEPECHE DE TAHITI (24 avril 1984)

Mieux connaître Vaea Sylvain
Il nous est difficile d'oublier l'exposition rétrospective d'une cinquantaine d'œuvres de Vaea que le musée Gauguin organisa en février 1979.
Curieuse démarche qu'est la sienne : née à Tahiti dans une famille d'artiste, c'est à Paris en 1972 qu'elle prend la décision de peindre. Remarquée très rapidement, elle signe un contrat avec la galerie parisienne Art et Valeur.
Dès 1974 elle exposera en France, en Allemagne, à Monte-Carlo. Bien des critiques d'art se sont penchés sur le cas " Vaea ". Citons quelques avis, Michel Faure écrit dans Libération " Elle a su échapper au syndrome Gauguin, chose pas facile quand on fait de la peinture à Tahiti ". Jean-Marie Tasset du Figaro annonce " des peintures du bout du rêve ". L'Œil magazine évoque " une artiste qui fait souffler sur ses toiles un vent de poésie venu d'ailleurs ".
Toujours en recherche et constante évolution, parfois on la trouve déroutante. Possédant une belle technique, ayant à sa disposition une grande sensibilité, elle sonde le temps, la lumière et les êtres dans un rêve lucide. C'est une peinture ni facile ni complaisante. Déjà bien des collectionneurs possèdent bon nombre de ses œuvres et pour cette année elle a accepté deux propositions d'expositions, l'une en Californie, l'autre à New-York. Nous avons la possibilité de découvrir une vingtaine de ses œuvres de différentes périodes à la Galerie Api. Notons notamment de récents dessins à l'encre de Chine et plusieurs huiles sur papier.
Patrice BREDEL
Emilia 2La lettre déchiréeMaima endormieLes angesNoteha te topita
AutiMahana no Tahiti