LE NOUVEAU JOURNAL DE POLYNESIE
LE NOUVEAU JOURNAL DE POLYNESIE (16 mai 1986)

Vaea Sylvain et Jean-Claude Michel exposent leurs œuvres à la Galerie Atea 45 à partir de ce soir.
Subtil mélange que celui qui vous est proposé par cette réunion d'un peintre et d'un sculpteur.
Une seule exposition, mais deux œuvres différentes et complémentaires... deux personnages aussi.
- Le tableau hors du temps
Vaea, c'est l'insouciance, la joie de vivre. Elle cisèle ses personnages, les façonne de ses doigts pour mieux les sentir. Elle a déjà participé à de nombreuses expositions. La presse métropolitaine a plusieurs fois parlé d'elle... et avec raison.
C'est une artiste à part entière qui articule sa vie autour de son art.
" Je vis pendant que je peins, oui, je suis vivante ".
Comment mieux définir cette tendresse qui éclate dans tous ses tableaux. Les tifaifai s'envolent sous des coussins de nuage. Cieux bariolés de l'intimité polynésienne. Ses personnages semblent sortir de leur cadre. Ils explosent sans fausse honte aux yeux de l'admirateur.
On les croirait sortis du temps... comme s'ils n'avaient pas d'âge.
Jeune fille assise sur le port et contemplant obstinément l'horizon. Que se passe-t-il derrière la toile ? L'œil s'accroche aux détails qui en eux-mêmes sont une succession de tableaux.
L'émotion, c'est sûrement le maître mot qui dirige l'âme du peintre.
" L'émotion, l'impulsion et la raison se rejoignent ".
L'aboutissement d'une palette aux couleurs magiques. Le rêve réaliste ou la réalité imaginaire ? Impossible de rester insensible. La transcendance d'un désir en tout cas, du désir, celui de pénétrer l'intimité de la toile, d'être un acteur plus qu'un observateur, de toucher le personnage. Vibrer sous le pinceau et revivre une fois encore dans l'œuvre.
Epouser la scène immobile qui peu à peu s'anime dans la pensée. Le tableau s'émeut de lui-même, il vit.
Où se trouve réellement la toile ? Cette jeune fille qui pleure tenant une lettre déchirée... ou alors cet homme immobile le regard traversant la fenêtre du tableau.
(...)
- Sentiments
Les deux artistes exposeront jusqu'au 31 mai. C'est sans doute l'occasion de saisir leurs émotions et leurs sentiments.
Pureté et magie ne sont que deux éléments de cette réunion qui enchantera tous les amateurs éclairés en quête d'un certain renouveau dans la conception de l'œuvre d'art.
Marc NARI